L'équipe de Beckham ne coûtera rien au contribuable

Le projet de créer une franchise de football à Miami n'est pas aussi simple que David Beckham aurait pu croire. Mais un argument de poids devrait pouvoir l'aider : aucun argent public n'est nécessaire pour son équipe et son stade.

Après avoir reçu une levée de boucliers pour l'implantation du stade dans le port de Miami, le Spice Boy a proposé de s'implanter non loin de l'American Airlines Arena des Heats, dans le bas de Miami. Mais là encore, tout n'est pas simple.

Afin de retourner l'opinion public, David Beckham et ses associés ont annoncé que leur projet n'a pas besoin de l'argent des contribuables, et ils sont à Miami pour mettre en place quelque chose de spécial, sur du long terme.

L'ex-footballeur anglais a demandé la mise en place d'un référendum en Novembre sur le sujet, et pour cela, il fait le tour des centres de football des jeunes de Little Havana, avec autographes, photos ; il reprend sa casquette de lobbyiste comme pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012, et la candidature de l'Angleterre pour la Coupe du Monde de Football en 2018.

Le chemin va être long, car les habitants de Miami ont encore en tête les $US 500 millions dépensés pour l'équipe de baseball locale, les Marlins, alors que la franchise a du mal à rallier à elle du public.

< Retour de la climatisation au AT&T Center

Les lauréats du The Stadium Business Awards 2014 sont >