Autour des stades

50 millions d'euros réclamés par les villes flouées par le Grand Stade FFR

Posté le 19 septembre 2017 à 22:42 par

L'abandon rapide du Grand Stade de Rugby n'a pas fait des heureux du côté des municipalités impliquées par le projet, elles ont décidé de porter plainte.

En novembre 2014, la Fédération Française de Rugby annonçait fièrement le lancement du projet du Grand Stade Rugby, un stade immense de 82.000 places, avec toit et pelouses rétractables, et une facture s'élevant à 600 millions d'euros. Le stade devait voir le jour à Ris-Orangis. Un projet vu comme un caprice du président de l'époque, Pierre Camou, une solution au problème de communication avec le gestionnaire du Stade de France.

La Cour des Comptes ne voyait pas l'intérêt d'un tel édifice, et la fin du projet était l'une des promesses d'élection de Bernard Laporte. Le Grand Stade Rugby a été officiellement abandonné le 14 décembre 2016. Tout le monde s'en ait félicité, des économies pour la fédération, des finales de TOP 14 dans d'autres stades... enfin presque, car il ne faudrait pas oublier toutes les villes qui devaient accueillir le stade. Elles ont investi en communication, elles ont fait des études de faisabilité, sur les réseaux routiers, transports en commun, eau potable...

La ville de Ris-Orangis et l'agglomération Grand Paris Sud Seine Essonne Sénart se sont associées pour porter plainte contre la fédération auprès du tribunal de Versailles, afin de réclamer réparation du préjudice subi par la rupture de contrat. Ils réclament pas moins de 50 millions d'euros. Une nouvelle épine dans le pied de la fédération.

< Au revoir La Beaujoire, bonjour le stade nantais 100% privé
Le FC Nantes a présenté son intention de se construire un nouveau stade de 40.000 places, non loin d...
Vice-championnes d'Europe recherchent stade pour jouer au football >
L'équipe féminine du Paris Saint-Germain a beau avoir joué en finale de Ligue des Champions la saiso...